Du côté des médias sociaux

On ne sait pas bien si c’est une blague ou une annonce du futur : la directrice des opérations de Facebook, suite à la polémique qu’a suscité l’étude sur la contagion des émotions, a déclaré aux médias que Facebook ne manipulait pas et ne manipulerait pas les émotions des internautes. Une déclaration qui ne convainc et ne convaincra sans doute que les déjà convaincus.

Que peut-on dire de 240 000 tweets sur Sarkozy ? C’est l’expérience à laquelle s’est livré l’historien Frédéric Clavert, profitant de l’identification d’un outil de collecte. On retient que les médias traditionnels et les contenus informationnels semblent dominer pure players et débats d’opinions. La droite semble être plus mobilisée que la gauche sur cette question.

Sur le grand réseau mondial

De quoi sera fait le monde numérique de demain ? S’il l’on en croit les articles de cette semaine, il y a de quoi rester perplexe : une société propose à la vente des chaussettes connectées qui, grâce à une puce RFID, facilitent la reconstitution des paires de chaussettes.

Le succès économique de la Silicon Valley crée une culture propre qui s’immisce partout, y compris dans les aspects classiques de la vie de l’entreprise. Ainsi le mode de recrutement de la baie de San Francisco est l’image de l’esprit start-up : un candidat qui se présenterait en costume a de bonnes chances d’être rejeté, et les entretiens prennent la forme d’un dîner ou d’une soirée avec l’équipe qui recrute…

Enfin, tandis que selon certains, les algorithmes dirigent le monde (ce sur quoi il y a de quoi discuter…), d’aucuns s’efforcent de comprendre ce que le terme désigne : ce n’est pas la même chose en effet de mettre au point un outil et de comprendre la façon dont il transforme notre quotidien.

Au royaume de la data

Devenir data scientist, voilà le nouveau rêve de nombreux jeunes ingénieurs porté par la vague des big data. Aussi cela ne fait pas de mal de rappeler que c’est un métier qui ne s’improvise pas et qu’il faut y conjuguer plusieurs formes de compétences, informatiques, statistiques, métier… Et sans doute bien d’autres encore pour devenir le social data scientist de Télécom ParisTech, un nom de poste qu’on ne lit pas souvent, particulièrement dans une université, et qui est bien un signe des temps.

Autre notion voisine, celle de data journalism, dont on peut se demander s’il s’agit vraiment d’une innovation : vérifier ses informations et les appuyer sur des données factuelles, n’est pas le travail de tout journaliste ?  Toujours est-il que l’on peut noter une propension à la représentation visuelle où l’esthétique tend à l’emporter sur le pouvoir explicatif ; en bref c’est joli mais on ne comprend pas mieux.

Enfin, notre visualisation de la semaine, elle, fournit une réelle explication et c’est vraiment l’article à ne pas manquer : un article illustré avec des animations montre comment on peut représenter visuellement et donner à voir ce que fait un algorithme.

visu
Cliquer sur l’image