Depuis Diaspora en 2010, nombreux sont les réseaux sociaux qui se sont montés comme des « anti-Facebook », plus respectueux de la vie privée, sans publicité… Le Nouvel Obs leur a consacré un dossier qui présente la fiche d’identité de chacun et ce qu’ils sont devenus depuis.

Les big data ont toujours le vent en poupe : l’Ecole Polytechnique vient d’inaugurer sa chaire « Data scientists » soutenus par des mécènes (Orange, Thalès…). Même le monde de l’édition, ou du moins sa version numérique, se met au pilotage par la donnée avec l’exemple de Kobo, la liseuse canadienne, qui cherche à détecter les futurs best-sellers. Netflix aussi est sur cette veine-là, mais avec une approche semble-t-il plus approximative, où la différence entre un client fidèle et un nouveau client est minimisée.

Il n’y a d’ailleurs pas forcément besoin de données pléthoriques pour extraire de l’information intéressante : une data scientist a ainsi analysé l’évolution de ses échanges par SMS avec son conjoint et met en évidence une réelle évolution des sujets abordés et du ton utilisé.

Comprendre le phénomène big data et la place croissante du numérique dans nos vie, c’est aussi clarifier les mots que l’on emploie pour en parler : votre servante rappelle ici ce qu’on entend par algorithme et tout ce que certains emplois peuvent avoir d’impropre.

Notre visualisation de la semaine met en évidence l’orientation des rues dans quelques grandes villes mondiales.

grid
Cliquer sur l’image